Respect de l’empreinte écologique

UCB applique l’approche de précaution à l’innovation et à la création de nouveaux produits comme un outil destiné à la sécurité du patient et à la gestion des risques environnementaux, et examine les bénéfices et les risques sanitaires et environnementaux potentiels de l’innovation et des nouvelles technologies de manière scientifique et transparente.

En 2016, nous avons renforcé notre stratégie d’entreprise en matière de protection de l’environnement en adoptant des objectifs absolus visant à réduire l’empreinte d’UCB dans les domaines où l’impact environnemental est le plus significatif, à savoir : les émissions de gaz à effet de serre, l’épuisement des ressources en eau et la production de déchets. En 2017, nous avons accéléré la traduction de cette stratégie en programmes d’action concrets.

Actuellement, des systèmes de gestion environnementale certifiés ISO sont déployés sur nos sites de recherche et de production de Slough, Braine, Bulle et Zhuhai. Un système de gestion environnementale conforme ISO est déployé sur notre site de production à Saitama. Ces systèmes servent à garantir la conformité réglementaire et à améliorer continuellement nos performances dans le domaine environnemental, en nous axant sur les trois domaines où notre impact est le plus grand.

Changement climatique (réglementations)

Concernant notre impact le plus significatif sur l’environnement, les exigences réglementaires en constante évolution et nouvelles ou émergentes visant à atténuer les changements climatiques, en passant à une économie faible en carbone, peut avoir un effet négatif sur l’état de conformité d’UCB avec les réglementations en vigueur, sur la chaîne de valeur et causer un préjudice à la réputation d’UCB.

Le débat international (politique) autour des Changements climatiques a abouti à l’Accord de Paris (COP21) à la fin 2015. 197 pays, notamment tous les pays économiquement dominants, se sont engagés à prendre les mesures nécessaires pour limiter l’augmentation de la température mondiale bien en dessous de 2 °C. Jusqu’à présent, 170 pays ont ratifié l’accord.

Les objectifs de la COP 21 incluent notamment la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’au moins 25 % d’ici 2030 au travers d’une combinaison de mesures politiques et réglementaires et de mécanismes basés sur le marché qui auront plus que probablement un impact sur l’avenir du secteur industriel et des investissements qui y sont réalisés. Ces transformations sont susceptibles d’engendrer l’adaptation des actions actuellement menées afin de les rendre conformes aux exigences (réglementaires) qui seraient introduites aux niveaux local, régional et/ou national. Elles pourraient par ailleurs faire augmenter le prix du carbone dans la chaîne de valeur.

Notre stratégie environnementale renforcée devrait engendrer les résultats suivants :

  • réduction de l’empreinte écologique ;
  • accroissement de l’engagement des employés ;
  • diminution des dépenses opérationnelles ; et,
  • diminution de l’exposition aux régimes de taxation et autres exigences réglementaires ayant un impact sur la conformité et/ou le coût des marchandises.

Les KPI devant nous permettre de mesurer l’efficacité de notre nouvelle stratégie sont repris dans la partie consacrée aux indicateurs de durabilité G4 de la GRI dans la catégorie « Environnement ».