En route vers la neutralité carbone

UCB s’est fixé pour objectif d’assurer la neutralité carbone de toutes les opérations qu’elle supervise directement d’ici 2030. Cette volonté s’étend à l’ensemble des émissions de scopes 1 et 2, ainsi qu’à une partie des émissions de scope 3, à savoir les activités réalisées sur les sites d’UCB (p. ex. : la recherche, le développement et la fabrication de produits), la distribution des produits UCB, les dispositifs et emballages commercialisés, le parc automobile d’UCB, les voyages d’affaires, les trajets des employés, etc.

Nos actions seront à la fois basées sur la réduction des notre empreinte carbone et sur des mécanismes de compensation carbone. En guise de fil rouge, nous concentrerons 80 % de nos efforts sur la réduction de nos émissions GES, tandis que les 20 % restant seront consacrés à des mesures de compensation carbone. Les objectifs relatifs aux émissions de scope 3 n’apparaissant pas encore dans le champ d’application présenté ci-dessus seront fixés en 2018 dans le cadre de l’initiative Science Based Targets. Ceux-ci concerneront principalement nos fournisseurs et partenaires de fabrication sous contrat.

Impliquer l’ensemble de la chaîne de valeur
Engager la chaîne de valeur (graphique)

Nous souhaitons réduire notre empreinte carbone sur l’ensemble de la chaîne de valeur

Réduction carbone

Nous aspirons à réduire nos émissions GES en :

  • augmentant, en considérant des pourcentages, notre recours aux énergies renouvelables ;
  • améliorant l’efficacité énergétique de nos procédés, installations et bâtiments ;
  • modifiant notre comportement lorsque cela est possible (p. ex., rationalisation des trajets professionnels).

En 2017, nous avons constaté une augmentation de la part d’électricité consommée issue des énergies renouvelables de 92 %.

En tant que contributeur majeur, le département d’Opérations techniques et d’Approvisionnement (Technical and Supply Operations, TSO) a accepté de relever le défi de la réduction des émissions de carbone dès le début de 2017 en lançant le programme Green@TSO. Cette initiative à long terme poussera nos équipes de production, de chaîne d’approvisionnement, de développement, de création de dispositifs et de conditionnement à chercher les solutions disponibles en vue de réduire nos émissions de carbone de 35 % d’ici 2030. Le projet a également pour but de réduire la consommation d’eau de 20 % et la quantité de déchets produits de 25 % d’ici 2030.

En 2017, plus de 350 collaborateurs du département TSO ont participé à 40 ateliers générant 600 idées ayant, à l’heure actuelle, donné naissance à 120 projets. Les équipes de production des sites de Braine et de Bulle ont par exemple établi des feuilles de route environnementales incluant une série de projets d’efficacité énergétique qui verront prochainement le jour. L’équipe en charge de la chaîne d’approvisionnement a identifié quatre domaines (emballage, tracé du réseau, transporteurs, efficacité de chargement et transport intermodal) autour desquels axer les programmes d’amélioration de notre efficacité énergétique à partir de 2018.

Compensation carbone

Bien que notre ambition principale soit de réduire nos émissions GES, nous devrons compenser les émissions que nous ne pourrons pas diminuer à court terme afin d’atteindre notre objectif de neutralité carbone pour les activités que nous supervisons directement d’ici 2030. Voilà pourquoi UCB s’est associée en 2017 avec plusieurs organisations de développement durable spécialisées dans la reforestation et la protection de l’environnement et leur a demandé de coordonner ses efforts en matière de compensation carbone.

Notre partenariat avec CO2Logic permettra de soutenir le projet EcoMakala dans le parc national des Virunga, situé près de la ville de Goma, en République démocratique du Congo (RDC). En 15 ans, près de 10 000 hectares (100 km2, soit 60 % de la superficie de Bruxelles) de forêts seront plantés pour un volume de captage d’environ 300 000 tonnes de CO2.

CO2 Logic fournira également à la population locale des cuisinières à faible consommation d’énergie et du charbon d’origine durable sur une période de 10 ans. Cette initiative contribuera à la lutte contre la coupe illégale de bois dans le parc des Virunga généralement pratiquée par les locaux pour la préparation quotidienne des repas. Elle permettra enfin une diminution des émissions d’environ 400 000 tonnes de CO2. Le projet EcoMakala est actuellement en cours de certification par le Gold Standard afin d’assurer une gestion robuste, un suivi et un contrôle fiable de l’initiative.

Fabrication de cuisinières à haut rendement énergétique, RD Congo (photo)

Fabrication de cuisinières à faible consommation d’énergie, RDC

Projet de reboisement près du parc national des Virunga, RD Congo (photo)

Projet de reforestation à proximité du parc national des Virunga, RDC

Projet de reboisement près du parc national des Virunga, RD Congo (photo)

Projet de reforestation à proximité du parc national des Virunga, RDC

Le projet développé en collaboration avec WeForest permettra quant à lui le renouvellement d’environ 12 000 hectares de forêts endommagées dans la région du Tigré, dans le nord de l’Éthiopie, pendant 13 ans. Le projet de la forêt de Desa’a est actuellement en cours de certification par la fondation Plan Vivo et devra permettre le captage de près de 200 000 tonnes de CO2 d’ici 2030 et de plus de 800 000 tonnes de CO2 d’ici 2050, c’est-à-dire à l’échéance du projet.   

Outre la fixation du CO2, qui contribuera à la lutte contre le changement climatique, les projets créeront également de l’emploi pour la population vivant dans ou à proximité des zones concernées et les aideront à améliorer leurs conditions de vie. En effet, les projets climatiques contribuent à la réalisation d’un grand nombre des ODD des Nations Unies.