Organisation mondiale de la Santé – Mozambique et Myanmar

Organisation mondiale de la Santé, Mozambique

Juan, le technicien psychiatrique qui s'occupe de Judite à l'hôpital provincial de Matola (photo)

Juan, technicien psychiatrique prenant soin de Judite à l’hôpital provincial de Matola

Organisation mondiale de la Santé – Mozambique

L’épilepsie est un problème de santé publique majeur, avec plus de 80 % des personnes atteintes résidant dans des pays à revenu faible ou moyen demeurant sans accès à un diagnostic de qualité et à un traitement. Souvent stigmatisées, exclues de leur communauté ou de leur école, les personnes atteintes d’épilepsie voient la plupart du temps leurs droits les plus élémentaires contestés.

Malgré le peu de ressources spécialisées disponibles sur place, d’incroyables avancées ont été réalisées pour intégrer l’épilepsie dans le système de soins de santé primaire, sous l’égide forte du département de Santé mentale du Ministère de la Santé. Au cours de ces quatre dernières années, l’équipe a su gagner et faire prospérer la confiance des autorités administratives et des travailleurs du secteur de la santé de diverses communautés. Cette relation a donné naissance à un réseau unique et robuste de coordinateurs dévoués issus de 16 districts de santé participants. Ce réseau contribua à son tour à la création d’un autre réseau de personnel soignant formé au traitement de l’épilepsie.

Séances de sensibilisation à l'épilepsie organisées (icône)

823

Sessions de sensibilisation et d’informations sur l’épilepsie organisées dans les communautés
Consultations des personnes vivant avec l'épilepsie (icône)

32 130

Consultations de personnes atteintes d’épilepsie

L’engagement fort du Ministère de la Santé, son leadership inspirant et ses communications de valeur ont facilité la mise en place d’un programme intégré sur l’épilepsie, créé un solide système d’information sanitaire et intégré l’épilepsie dans le programme de santé sur les maladies non-transmissibles. Un programme scolaire soutenu par le Ministère de la Santé et prenant la forme d’un concours de dessin a été spécialement imaginé pour sensibiliser les enfants à l’épilepsie et au besoin d’engagement dans la lutte contre la maladie.

En 2017, 823 sessions pédagogiques de sensibilisation à l’épilepsie ont été organisées dans les communautés de 16 districts et plus de 246 000 personnes y ont assisté. De plus, l’équipe chargée de la mise en œuvre a renforcé la formation des professionnels de santé et des travailleurs sociaux au sein des communautés, ce qui a permis de délivrer 32 130 consultations aux personnes atteintes d’épilepsie, soit plus du double du nombre de consultations réalisées en 2015.

La clé de la réussite réside dans la création de communautés engagées et désireuses de faire la différence dans la vie des personnes atteintes d’épilepsie.

Organisation mondiale de la Santé, Myanmar

Nyomi, atteinte d'épilepsie (photo)

Nyomi, atteinte d’épilepsie

Organisation mondiale de la Santé – Myanmar

Le traitement de l’épilepsie a longtemps été négligé dans les programmes de santé publique malgré le fardeau élevé que représente la maladie et ses lourdes conséquences sur les personnes et l’accès à des traitements efficaces et abordables.

L’équipe de l’initiative Hope for Epilepsy au Myanmar a continué à mettre à profit l’expérience du Comité de coordination national du Myanmar pour l’épilepsie (National Epilepsy Coordinating Committee, NECC).

Personnel infirmier du centre de santé de Lewe, Myanmar (photo)

Le personnel infirmier du centre médical de Lewe, Myanmar

À ce jour, le personnel de 2 139 centres médicaux ont suivi des formations d’initiation ou des modules de formation continue sur l’épilepsie. Le NECC effectue une évaluation trimestrielle des 10 projets municipaux. Le personnel soignant des districts formés répercute ensuite cet examen sur les installations de santé rurales. À ce jour, 131 751 personnes ont assisté à 7 965 sessions pédagogiques sur les soins de santé.

Le nombre de consultations initiales et de suivi a augmenté de 88 % et 444 nouveaux cas d’épilepsie ont été diagnostiqués. Après le début du traitement, le nombre de crises convulsives diminue en moyenne de 50 % tandis que la qualité de vie des patients augmente de 78 %.

L’initiative Hope for Epilepsy ayant bénéficié d’une très large acceptation, il a été possible de lutter efficacement contre la faible accessibilité des traitements dans les agglomérations concernées.