Les progrès réalisés par rapport à nos objectifs verts1,2,3

Les progrès réalisés par rapport à nos objectifs verts1,2,3

Pour atteindre nos ambitieux objectifs verts, UCB a pris plusieurs mesures concernant ses opérations locales et mondiales. Ces mesures allient des investissements stratégiques à l’échelle de l’entreprise dans des infrastructures et opérations plus durables et l’extension de nos indicateurs clés de performance environnementale à l’ensemble de nos activités de développement, de fabrication et d’approvisionnement.

En 2019, nous avons par ailleurs accentué notre engagement à réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES) en soumettant nos objectifs environnementaux à l’initiative Science Based Targets. Nous avons également élargi notre impact à l’ensemble de notre réseau de partenaires et de notre chaîne de valeur.

Ces activités nous ont permis de réaliser des avancées significatives depuis la mise en place, en 2016, de nos objectifs verts, qui se traduisent par une réduction de 31 % de notre consommation d’énergie, de 27 % de notre consommation d’eau et de 32 % de notre production de déchets. Nos émissions de gaz à effet de serre (GES) de scope 1 et 2 ont été réduites de 55 % par rapport à notre année de référence 2015, ce qui place UCB en bonne position pour réaliser son ambition de réduire les émissions GES dues aux opérations que nous contrôlons directement (et qui comprennent également une partie de nos émissions de scope 3) de 35 % d’ici 2030. Étant donné que tous les objectifs fixés sont absolus, la croissance prévisionnelle des opérations d’UCB dans les années à venir nécessitera néanmoins des efforts continus pour atteindre nos objectifs à l’horizon 2030.

 

 

 

 

 

 

 

2015 (année de référence)

2017

2018

2019

Variation 2019/2015

Périmètre couvert (% de collaborateurs)

86 %

90 %

90 %

89 %

3 %

Énergie (Mégajoules)

1 137 502

797 900

829 248

781 301

−31 %

Électricité produite à partir de sources renouvelables

59 %

92 %

92 %

94 %

35 %

Émissions de CO2 (tonnes)

112 415

86 965

78 328

73 156

−35 %

Score 1 – Émissions directes de CO2

37 573

26 090

27 508

26 121

−30 %

Score 2 – Émissions indirectes de CO2 (selon le marché)

28 108

5 888

5 818

3 655

−87 %

Score 2 – Émissions indirectes de CO2 (selon le lieu)

 

 

20 703

18 414

 

Score 3 – Autres émissions indirectes de gaz à effet de serre (GES)

46 734

54 987

45 009

43 381

−7 %

Eau (m3)

804 360

663 359

799 469

590 867

−27 %

Déchets (tonnes)

9 746

7 090

6 970

6 605

−32 %

Déchets revalorisés

95 %

91 %

92 %

91 %

−4 %

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus, reportez-vous à la section Données environnementales.

Pour en savoir plus, consultez notre section Données environnementales.

Réduire les émissions GES de 35 % et devenir neutres en carbone pour les opérations que nous contrôlons directement d’ici 20304,5,6,7

Nous nous sommes engagés à être neutres en carbone d’ici 2030 pour toutes les opérations que nous contrôlons directement, en diminuant nos émissions et en compensant celles que nous ne pouvons pas réduire à court terme. Nous dédions ainsi 80 % de nos efforts à la réduction de nos émissions GES, et 20 % aux programmes de compensation.

Cette ambition couvre :

  • nos émissions de scope 1 (dues au gaz et au carburant consommés comme source d’énergie sur les sites UCB et par le parc automobile d’UCB) ;
  • nos émissions de scope 2 (dues à l’électricité consommée comme source d’énergie sur les sites UCB) ;
  • une partie des émissions de scope 3, couvrant les activités réalisées sur les sites UCB (recherche, développement et fabrication des produits, par exemple), la distribution des produits UCB, les déplacements professionnels et les trajets journaliers des collaborateurs.

Notre stratégie consiste à :

  1. optimiser notre consommation d’énergie en améliorant l'efficacité énergétique de nos opérations ;
  2. réduire nos émissions GES en augmentant la proportion d’énergie provenant de sources renouvelables ;
  3. compenser les émissions GES que nous ne pouvons pas réduire à court terme (selon le principe 80/20 mentionné précédemment),
  4. mobiliser les collaborateurs et modifier les comportements en mettant en place des campagnes de sensibilisation en interne sur la consommation d'énergie et les émissions de carbone.

Notre but global est de réduire l’empreinte carbone de l’ensemble de notre chaîne de valeur, conformément à l’ambition fixée lors de l’Accord de Paris (2015).

UCB a rejoint l’initiative « Science Based Targets » en 2017 et est allée encore plus loin dans son engagement en 2019 en ajoutant à ses objectifs globaux des objectifs spécifiques aux émissions de score 3. En outre, afin de couvrir l’ensemble de notre chaîne de valeur, nous avons contacté nos fournisseurs et sous-traitants, et leur avons demandé de définir eux aussi des objectifs ambitieux pour le climat. Notre but est de convaincre 60 % de nos partenaires externes (sur la base des émissions) de définir des objectifs ambitieux en matière de réduction des émissions GES d’ici 2024.

Nous sommes fiers d’avoir renouvelé et soumis, en novembre 2019, notre ambition et nos objectifs pour l’ensemble de notre chaîne de valeur à l’initiative « Science Based Targets ».

 

 

 

 

 

 

 

Indicateur GRI

Définition

Unité de mesure

2015 (année de référence)

2019 Réel

Variation (%)

305-1

Émissions directes de CO2 – score 1

Électricité

Tonnes de CO2

0

0

N/A

 

 

Gaz

Tonnes de CO2

36 610

25 176

−31 %

 

 

Combustible

Tonnes de CO2

963

944

−3 %

305-2

Émissions indirectes de CO2 – score 2

Électricité (selon le marché)

Tonnes de CO2

28 108

3 655

−79 %

 

 

Électricité (selon le lieu)

Tonnes de CO2

N/A

18 414

N/A

 

 

Gaz

Tonnes de CO2

0

0

N/A

 

 

Combustible

Tonnes de CO2

0

0

N/A

305-3

Autres émissions indirectes de gaz à effet de serre – score 3

Voyages d’affaires

Tonnes de CO2

46 734

43 381

−7 %

 

 

 

 

 

 

 

a. Vers une plus grande efficacité énergétique 

Diverses initiatives d’économie d’énergie mises en œuvre en 2019 sur les sites de Bulle (Suisse), Braine-l’Alleud (Belgique) et Zhuhai (Chine) ont permis de réaliser une économie d’énergie récurrente de 7 092 gigajoules, soit 0,9 % de la consommation interne d’énergie de scope 1 et 2 d’UCB.

Ces accomplissements s’ajoutent aux réductions antérieures de notre consommation d’énergie enregistrées grâce à la cession des sites de Seymour (États-Unis) et de Shannon (Irlande) en 2015 et 2016. En 2019, nous nous sommes séparés de notre site de Monheim (Allemagne).

Les déplacements professionnels associés à des émissions de CO2 de scope 3 ont entraîné l’émission de 43 381 tonnes de CO2, soit une diminution de 7 % par rapport à notre niveau de référence en 2015.

 

 

 

 

 

 

 

Indicateur GRI

Définition

Unité de mesure

2015 (année de référence)

2019 Réel

Variation (%)

302-1

Total

Total de la consommation d’énergie

gigajoules

1 137 502

781 301

−31 %

 

Gaz

Consommation de gaz

gigajoules

652 584

442 118

−32 %

 

Fioul

Consommation de fioul

gigajoules

12 956

15 279

18 %

 

Carburant pour les véhicules

Consommation de carburants des véhicules utilitaires

gigajoules

158

91

−42 %

 

Électricité

Consommation d’électricité

gigajoules

471 804

323 812

−31 %

302-4

Énergie économisée

Énergie économisée grâce à des améliorations énergétiques

gigajoules

6 743

7 093

5 %

 

 

 

 

 

 

 

b. Utilisation d’énergie provenant de sources renouvelables

Au cours des dernières années, UCB s’est tournée vers des sources renouvelables pour couvrir les besoins en électricité de ses sites, telles que le vent, le soleil, l’eau et la biomasse. Le pourcentage d’électricité provenant de sources renouvelables dans le monde est ainsi passé à 94 % en 2019, contre 59 % en 2015, notre année de référence.

En outre, UCB a investi dans des panneaux solaires sur ses sites de Bulle (Suisse), Braine-l’Alleud (Belgique) et Bruxelles (Belgique). Les trois parcs solaires ont produit 2 611 gigajoules d’électricité en 2019 (0,3 % de la consommation énergétique mondiale d’UCB).

c. Compensation des émissions de gaz à effet de serre

Même si notre objectif est de réduire les émissions GES, nous ne pouvons pas réduire à court terme certaines émissions et devons de ce fait les compenser. C’est pourquoi, en 2017, UCB s’est associée à CO2 Logic et WeForest dans le cadre de projets de reboisement et de protection de l’environnement.

En 2019, nous avons poursuivi nos efforts de reforestation dans le Parc national des Virunga, en République démocratique du Congo, et dans la forêt de Desa’a dans le nord de l’Éthiopie. Notre ambition est de restaurer une superficie de 22 000 ha d’ici 2030.

EcoMakala8

Forêt Desa’a

Compensation carbone – localisation (icon)

Parc national des Virunga, République démocratique du Congo

Nord de l’Éthiopie

Compensation carbone – organisation partenaire (logo)
Compensation carbone – CO2 Logic (logo)
Compensation carbone – WeForest (icon)
Compensation carbone – échéance (icon)

2025

2030

Compensation carbone – zone affectée (icon)

10 000 hectares

12 000 hectares

Compensation carbone – CO2 absorbé (icon)

+/−300 000 tonnes de CO2 absorbées

+/−200 000 tonnes de CO2 absorbées

Compensation carbone – vérification (icon)

actuellement en cours de certification par l’organisation Gold Standard

actuellement en cours de certification par l’organisation Plan Vivo

Compensation carbone – informations complémentaires (icon)

Outre la séquestration du CO2, ces projets fournissent des emplois aux populations vivant dans ces régions et contribuent à améliorer leurs conditions de vie.

d. Nos équipes vertes

Les équipes vertes réunissent des collaborateurs UCB motivés, habilités à mener des activités respectueuses de l’environnement, notamment des initiatives de recyclage et des initiatives locales de réduction des déchets et de l’eau. Au total, 10 équipes vertes ont été mises en place sur cinq sites UCB : Bruxelles et Braine-l’Alleud (Belgique), Monheim (Allemagne), Slough (Royaume-Uni) et Atlanta (États-Unis).

Uta, UCB (photo)

Uta, UCB

En 2019, nous avons célébré la Journée mondiale de l’environnement en invitant CO2 Logic et WeForest à venir partager les répercussions des projets de compensation carbone menés en République démocratique du Congo et en Éthiopie avec l’équipe UCB. Près de 1 200 collaborateurs ont participé à l’événement, physiquement ou en ligne ; un chiffre qui démontre le fort engouement pour ce sujet.

Réduction de la consommation d’eau de 20 % d’ici 2030

Notre objectif de réduction de 20 % par rapport au niveau de référence de 2015 est ambitieux, car notre pipeline de recherche et développement comprend plusieurs anticorps dont les processus de production sont plus gourmands en eau que les entités chimiques. Pourtant, nous sommes déjà parvenus à diminuer notre consommation en eau de 27 % entre 2015 et 2019.

Cette réduction est en partie due à la cession stratégique de nos sites de fabrication de Seymour, Shannon et Monheim. En 2019, nous avons également mis en œuvre des projets de réduction des besoins en eau, ce qui a permis d'économiser 26 328 m3 d'eau de façon récurrente.

 

 

 

 

 

 

 

Indicateur GRI

Définition

Unité de mesure

2015 (année de référence)

2019 Réel

Variation (%)

303-1

Eau

Eau totale

m3

804 360

590 867

−27 %

 

 

Eau de distribution

m3

624 427

509 629

−18 %

 

 

Eau phréatique et de surface

m3

179 933

81 238

−55 %

 

 

 

 

 

 

 

Réduction de la production de déchets9,10

UCB s’est par ailleurs résolue à réduire sa production de déchets de 25 % d’ici 2030 (par rapport aux chiffres de référence de 2015). 

À l’échelle mondiale, nous sommes parvenus à revaloriser 91 % de nos déchets, majoritairement via leur réutilisation comme combustible et le recyclage des solvants. Néanmoins, nous affichons une légère baisse par rapport au taux de revalorisation de 94 % atteint en 2015.

 

 

 

 

 

 

 

Indicateur GRI

Définition

Unité de mesure

2015 (année de référence)

2019 Réel

Variation (%)

306-2

Gestion des déchets

Total des déchets

Tonnes

9 745

6 605

−32 %

 

 

Total des déchets non récupérés

Tonnes

520

626

20 %

 

 

Total des déchets récupérés

Tonnes

9 255

5 979

−35 %

 

 

Sous-total

Tonnes

 

 

 

 

 

Sous-total des déchets principalement utilisés comme combustible ou autres moyens de production d’énergie (Code européen de valorisation des déchets R1)

Tonnes

2 919

1 867

−36 %

 

 

Sous-total des déchets récupérés par récupération ou régénération des solvants (Code européen de valorisation des déchets R2)

Tonnes

2 839

2 207

−22 %

 

 

Sous-total des déchets récupérés par recyclage / récupération des substances organiques qui ne sont pas utilisées comme solvants (Code européen de valorisation des déchets R3)

Tonnes

1 604

1 286

−20 %

 

 

Sous-total des déchets récupérés par recyclage / récupération des matières inorganiques autres que des métaux (Code européen de valorisation des déchets R5)

Tonnes

1 790

439

−76 %

 

 

Sous-total des déchets récupérés par d’autres méthodes (Code européen de valorisation des déchets R4, R6 & R9)

Tonnes

74

179

143 %

306-3

Nombre total et volume de déversements importants

Nombre

 

0

0

N/A

 

 

Volume

Tonnes

0

0

N/A

306-4

Déchets dangereux

Déchets dangereux tels que définis par les régulations locales en vigueur

Tonnes

6 455

3 913

−39 %

 

Déchets non dangereux

Autres déchets solides (excluant les émissions et les eaux usées)

Tonnes

3 291

2 692

−18 %

 

 

 

 

 

 

 

1 Champ d’application du rapport : les données sont consolidées pour tous les sites de recherche, de développement et de fabrication, le siège social et les filiales implantées dans les pays suivants : Allemagne, Brésil, Chine, États-Unis, Inde, Italie, Japon, Mexique et Russie. Cela représente 90 % des effectifs d’UCB, comparativement à 86 % en 2015 (l’année de référence).

2 Changements de champ d’application au cours des dernières années :
2015 : lancement de l’usine biotechnologique de Bulle (Suisse) et cession des opérations de Kremers Urban, dont le site de production de Seymour (États-Unis).
2016 : cession du site de production de Shannon (Irlande).
2017 : consolidation de deux filiales supplémentaires : au Brésil et en Russie.
2019 : cession des activités du site de Monheim (Allemagne). Nous louons désormais les locaux du site.

3 Champ d’application du rapport : à Atlanta (États-Unis), nous louons certains bâtiments à des tiers mais les compteurs ne sont pas encore séparés. En conséquence, la consommation fait l’objet d’une surestimation et l’impact ne peut être mesuré de manière fiable.

4 Champ d’application du rapport : les émissions de CO de scope 1 n’incluent pas (encore) les émissions du parc automobile d’UCB.

5 Champ d’application du rapport : les émissions directes de CO provenant de la consommation de gaz naturel sont calculées en prenant en compte la valeur calorifique haute ou basse. Depuis 2016, les facteurs de conversion publiés dans les recommandations du « Bilan Carbone », version 8.2, sont utilisés. Auparavant, les facteurs de conversion issus des recommandations de 2006 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) relatives aux inventaires nationaux des émissions de gaz à effet de serre, ainsi que les facteurs de conversion des émissions de gaz à effet de serre de 2013 du ministère britannique de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales dédiés à la déclaration des entreprises, Methodology Paper for Emission Factors, étaient utilisés. Les nouveaux facteurs ont été choisis afin de garantir la cohérence avec un exercice de mapping CO réalisé par UCB en 2015 et reposant sur la méthodologie du « Bilan Carbone ».

6 Champ d’application du rapport : compte tenu de la proportion croissante d’électricité issue d’énergies renouvelables, les émissions de CO2 qui résultent de la consommation d’électricité ont été calculées en fonction des différents types d’électricité consommée par chaque site UCB et leur équivalent spécifique en CO2. Lorsqu’un ratio spécifique n’était pas disponible pour un site donné, nous avons utilisé les ratios de 2019 publiés par l’Agence Internationale de l’Énergie (International Energy Agency, IEA). Dans la section consacrée aux indicateurs de durabilité de la GRI les émissions se rapportent à la fois au site et au marché sur lesquels le site opère. Les facteurs de conversion utilisés pour calculer les émissions de CO2 dues aux déplacements professionnels par les airs prennent en compte le forçage radiatif.

7 Champ d’application du rapport : les autres émissions indirectes de gaz à effet de serre (scope 3) rapportées dans le cadre de l’indicateur GRI 305-3 concernent les déplacements aériens internationaux et nationaux effectués par les collaborateurs UCB des 30 pays suivants : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Bulgarie, Canada, Chine (y compris Hong Kong), Corée du Sud, Danemark, Espagne, États-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Inde, Italie, Japon, Mexique, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède, Suisse, Taïwan et Turquie.

8 Notre partenaire fournit également à la population locale des cuisinières à haut rendement énergétique et du charbon de bois produit de manière durable, et ce sur une période de 10 ans. Cette initiative contribue à lutter contre la coupe illégale de bois dans le Parc des Virunga, pratiquée par les populations locales pour la préparation de leurs repas quotidiens. Elle permet en outre de diminuer les émissions de CO2 d’environ 400 000 tonnes.

9 Champ d’application du rapport : au total, 91 % des déchets générés par UCB sont valorisés à l’aide de méthodes classées selon l’annexe B de la directive européenne 2008/98/UE.

10 Champ d’application du rapport : les déchets générés dans nos bureaux de Mumbai (Inde), Milan (Italie), Polanco (Mexique), Shanghai (Chine), Tokyo (Japon) et Moscou (Russie) ne sont pas inclus dans le périmètre de déclaration car les tonnages de déchets produits ne sont pas connus.

Indicateurs GRI pertinents

102-48 gri-id34:102-48 303-1 gri-id53:303-1