1.3 Droits de l’homme

Comme mentionné dans le Code de Conduite, UCB et ses collaborateurs sont tenus de se conformer à toutes les lois applicables, de respecter les droits de l’homme et d'agir avec la diligence nécessaire pour éviter de porter atteinte aux droits d'autrui, comme stipulé par la Charte internationale des droits de l'homme et les principes énoncés dans la Déclaration de l’Organisation internationale du travail relative aux principes et droits fondamentaux au travail. UCB prend très au sérieux la protection des droits de l'homme et soutient les initiatives gouvernementales visant à défendre et à promouvoir le respect des droits de l'homme partout dans le monde. Bien qu’UCB ne soit pas membre du Pacte mondial des Nations unies (UNGC), l’entreprise a intégré les dix principes sur les droits de l’homme, le travail et l’environnement à son Code de Conduite.

Un processus de vérification préalable à l’échelle de l’entreprise est déployé pour déterminer l’engagement initial et continu des partenaires, des fournisseurs, etc. Lorsqu’un nouveau partenaire est sélectionné, UCB effectue une évaluation complète des risques spécifiques associés à un certain nombre de normes fondamentales, y compris en matière des droits de l’homme Ce processus de vérification préalable peut affecter la décision d’engager de nouveaux partenaires et il peut entraîner une surveillance spécifique des activités et des processus d’un tiers, comme mentionné dans notre Code de Conduite.

UCB est déterminée à respecter les droits de l’homme et agit en fonction afin de promouvoir et d'encourager l'application de normes éthiques strictes en matière de travail et de traitement équitable des êtres humains. À ce jour, aucun rapport de violation des droits de l’homme associé à UCB ou à ses filiales n’a été signalé à l’entreprise. Les indicateurs de performance clés qui nous permettent de mesurer nos progrès sont repris dans la partie consacrée aux indicateurs de durabilité de la GRI.

Esclavage et traite des êtres humains

Conformément à la loi britannique sur l'esclavage moderne de 2015 (Modern Slavery Act 2015), les filiales d’UCB au Royaume-Uni ont publié une déclaration pour l'exercice clôturé le 31 décembre 2017. La déclaration pour l’année 2017, publiée en 2018, est disponible sur le site Web d’UCB Royaume-Uni. Cette déclaration détaille les mesures que ces filiales d’UCB ont adoptées pour faire face au risque d'esclavage moderne et de traite des êtres humains au sein de l'entreprise et de la chaîne d’approvisionnement. Elle fait référence à la mise en œuvre d’un nouveau processus de vérification préalable des fournisseurs, chez qui les risques d’esclavage et de traite des êtres humains sont évalués pour chaque partenaire, fournisseur, etc., ainsi qu'à des processus visant à encourager le signalement de problèmes éventuels et à protéger les personnes ayant signalé des cas de corruption.

UCB prend très au sérieux les droits de l’homme et observe une tolérance zéro en matière d’esclavage moderne. Elle s’engage à apporter d'autres améliorations permettant de surveiller ces risques et de garantir, dans les limites du possible, qu'il n'y a pas de trafic d'êtres humains ni d'esclavage moderne dans ses chaînes d'approvisionnement. Aucun incident n’a été signalé à ce jour.

Les filiales concernées publieront durant l’année 2019 une mise à jour de la déclaration relative à la loi sur l’esclavage moderne pour l’exercice clôturé le 31 décembre 2018.